Daphné Lepire : Bilan de 12 ans d’études chez Jeunes musiciens du monde

À quel âge as-tu commencé à fréquenter Jeunes musiciens du monde (JMM)?

J’ai commencé mes cours à l’âge de cinq ans. J’aurai bientôt 18 ans, ce qui veut dire que j’étudie chez Jeunes musiciens du monde depuis 12 ans.

Quelle sorte d’enfant étais-tu?

J’étais plutôt gênée. En fait, je ne parlais à personne.

Parle-nous de ton parcours à l’école de Québec de Jeunes musiciens du monde.

J’ai joué de tous les instruments : mandoline, guitare, violon, djembé. Il n’y a que les cours de piano, de chant et de ukulélé que je n’ai pas suivi. Cependant, maintenant je ne joue que du violon. J’en joue depuis que j’ai sept ans.

J’ai aussi participé à plusieurs programmes de JMM. J’ai fait des jams et je joue toujours dans le Combo Trad et dans le Band. J’ai aussi fait plusieurs spectacles au fil des ans.

Quelle sorte de lien as-tu tissé avec les professeurs?

C’était différent des relations que j’avais avec les enseignants à l’école. Je voyais les profs de JMM un peu comme des amis. J’ai développé des relations plus étroites avec Martin Racine qui est mon professeur de violon depuis que je suis toute petite, mais aussi avec Manuel Lavallée qui était jusqu’à tout récemment en charge du Combo Trad.

Quels sont tes plus beaux souvenirs de ton passage chez JMM?

Ouf! Il y en a beaucoup! Il y a sans aucun doute les spectacles qui sont un incontournable. J’ai particulièrement été marqué par le Bal du maire au Château Frontenac et par les concerts-bénéfices à l’Impérial de Québec. Il y a aussi eu un spectacle mémorable, il y a trois ou quatre ans, au Grand Théâtre de Québec. Nous étions préparés pour jouer de la musique d’ambiance, mais nous avons eu la surprise de pouvoir jouer sur la grande scène devant de nombreux spectateurs. C’était aussi inattendu qu’impressionnant.

Je vais aussi toujours me souvenir des ensembles (le Band et le Combo trad). J’y ai rencontré des gens qui au fil du temps sont devenus des amis. Ils vont beaucoup me manquer lorsque je quitterai JMM.

Je garde aussi de bons souvenirs de l’enregistrement du CD du band et du Combo Trad!

Quels sont tes projets d’avenir?

J’étudiais en concentration musique à l’école secondaire Jean-de-Brébeuf et l’année prochaine je poursuivrai mon parcours musical au Cégep de Sainte-Foy. Je jouerai de la clarinette pendant la première année et du violon à la deuxième.

Après mes études collégiales, je compte faire mon baccalauréat en enseignement de la musique à l’Université Laval. J’aimerais aussi continuer à faire des spectacles. Je voudrais être à la fois enseignante et artiste. D’ailleurs, la gang du Combo et moi quitterons tous Jeunes musiciens du monde en même temps ou presque. Peut-être pourrons-nous continuer à jouer ensemble.

Est-ce que ton expérience chez Jeunes musiciens du monde t’a transformée?

Mon passage chez JMM m’a assurément appris à être moins gênée. Je pense que c’est à partir du moment où j’ai intégré le Combo Trad que j’ai commencé à être plus ouverte aux autres, que j’ai commencé à parler davantage avec les professeurs et les autres élèves. C’est le contact avec les gens et les spectacles qui m’ont aidée à me dégêner et à être plus à l’aise sur une scène.

C’est aussi grâce à Jeunes musiciens du monde que je continue de faire de la musique aujourd’hui. Sans Jeunes musiciens du monde, je ne me serais sans doute pas inscrite au secondaire en concentration musique et ensuite au Cégep dans la même discipline. J’ai découvert chez JMM une passion qui dure encore aujourd’hui. J’ai surtout accroché à la musique traditionnelle. J’aurai moins la chance de jouer de la musique de ce style dans les prochaines années. Ça va me manquer.

 

Le parcours de Daphné en photos:

Daphné, violon à la main avec le Combo Trad

Daphné et son professeur de violon, Martin Racine

Daphné et un ami de JMM, Steeven Dorval

Daphné sur scène à ses débuts