Jeunes musiciens du monde – Val-d’Or, depuis 2008

Communautés autochtones d’Abitibi-Témiscamingue  fb

En collaboration avec le Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or, l’école Jeunes musiciens du monde – Val-d’Or offre des cours de musique à des enfants et adolescents des communautés autochtones avoisinantes. Cinquante-trois jeunes sont rejoints actuellement. Les cours sont offerts les mercredis, tout au long de l’année scolaire.

L’école offre aussi son programme d’éveil musical Comptines et farandoles dans la communauté Anicinape de Kitcisakik. 

La concertation avec les autres acteurs du milieu porte principalement sur la persévérance scolaire et l’identité culturelle.

Profil de l’école

Répartition selon les sexes

71 % de filles, 29 % de garçons

Scolarité

36% au préscolaire, 51% au primaire, 13% au secondaire

Nations représentées

73% d’Algonquins, 18% de Cris, 9% autres

Offre de services

L’offre de service comprend présentement les programmes Comptines et farandoles (éveil musical), MusiDécouverte et les cours réguliers de piano, ukulélé, violon, violoncelle tambour kokom et tambour mocom.

Directrice

Geneviève Roussy

Geneviève a la nette impression que son poste à Jeunes musiciens du monde lui était prédestiné. Bercée depuis toujours par son amour pour la musique, elle est pleinement consciente du pouvoir de cette dernière. Geneviève gravite autour du monde musical abitibien depuis une quinzaine d’années, s’implique bénévolement dans sa communauté en plus d’enfanter cinq petits êtres (tous aussi talentueux les uns que les autres!). Au travers de cette maisonnée bien remplie, elle complète des études à l’UQAT en travail social jumelées à d’autres en études autochtones. Elle poursuit sa maîtrise en sciences sociales où son mémoire porte sur le pouvoir des arts comme moyen de rapprochement interculturel à Val-d’Or. C’est donc son amour pour la musique, la jeunesse, les cultures autochtones et le bien de sa communauté qui sont ainsi mis à contribution en un poste, taillé sur mesure, auprès de Jeunes musiciens du monde.

 

 

Professeurs

Caroline Rondeau (piano)

Caroline RondeauPassionnée de musique et de littérature, Caroline Rondeau suit un parcours académique multidisciplinaire jusqu’à son baccalauréat en Musique et culture à l’Université de Sherbrooke. Elle s’inscrit ensuite à l’école de la vie le temps de quelques aventures et voyages. De retour en région, Caroline est approchée par Jeunes musiciens du monde et commence à embrasser le rêve de partager le pouvoir transformateur de la musique. Professeur depuis 2017, elle se découvre un amour véritable pour l’enseignement de même que pour l’approche pédagogique inclusive de JMM. Toujours à la recherche d’innovation, de créativité et de nouveaux défis, Caroline est également active sur la scène musicale en Abitibi-Témiscamingue avec son violoncelle, son collectif d’improvisation et toutes ses drôles d’idées!

 

 

 

Gloria Pénosway (chant et tambour)

Gloria Pénosway« Kwe! Je m’appelle Gloria Pénosway et je suis algonquine originaire de Kitcisakik. J’ai un D.E.S et un A.E.C en service de garde en contexte autochtone. Je vis en milieu urbain depuis près de 16 ans. J’ai commencé la musique lorsque j’avais 18 ans environ. J’ai composé une chanson avec le groupe Sékwé et j’ai eu des cours de chant avec un professeur privé. J’ai eu des amies proches qui m’ont appris et m’ont inspiré à continuer dans cette voie. En 2015, j’ai eu l’intérêt pour le Tambour à main et j’ai composé une chanson dédiée à Sindy Ruperthouse, une femme disparue. J’ai aussi chanté pour la Parade de Noël en 2016 avec un groupe d’ados que j’ai formé au Centre d’amitié autochtone de Val d’Or.

Depuis qu’une aînée, ma grande tante maternelle, m’a dit de continuer à jouer, je lui ai promis que je l’apprendrai aux autres de ma communauté pour aider à faire renaître le tambour et à prendre connaissance de notre être Anishnabe… »

 

Valérie Roy (piano avancé, guitare, percussions et chant)

Depuis son plus jeune âge, Valérie a toujours eu un vif intérêt pour la musique. Que se soit à travers la danse, la musique latine que ses parents faisaient constamment jouer à la maison, et le xylophone sur lequel elle jouait parfois, elle était souvent bercée par les sons. À 7 ans, son père a eu l’inspiration de l’inscrire à des cours de piano. À ce moment-là, ses professeurs se plaignaient souvent de son tempérament distrait et lunatique, et ils souhaitaient que Valérie prenne du Ritalin. Son père leur alors dit qu’il refusait ce genre de traitement, et que le piano allait aider à améliorer sa concentration.
Depuis ce jour, Valérie a découvert une véritable passion pour la musique.
Elle a fait son cégep en musique à Vincent-d’Indy, et un Bac en musique générale à l’Université de Montréal.
Elle poursuit maintenant ses études au conservatoire de Val-d’Or en piano et percussions, en plus de compléter en parallèle des cours et formations en sonothérapie et psychologie. Consciente du fait que la musique a été un pilier dans sa vie, elle souhaite maintenant redonner aux autres, en partageant sa passion.